Quelles sont nos valeurs ?

Notre objectif est de redonner à la France ses fondations. Notre objectif est de donner à la France un avenir et de comprendre que pour le faire, il faut lui redonner le sens de son passé, de ses racines et de ses valeurs. C’est cela notre bataille. C’est cela la France, et c’est cela notre vocation : avoir de la fierté pour notre passé, de l’affection pour le présent et de l’ambition pour l’avenir.

A:

Il y a quatre valeurs qui doivent nous habiter chaque jour, quatre valeurs qui doivent être inscrites dans le renouveau de la droite, quatre valeurs pour redonner un avenir à la France.

Travail

Le travail qui ne peut pas se séparer de la liberté, la liberté qui ne peut pas se séparer du travail. Quand on est de droite, on veut que celui qui se donne du mal soit récompensé. On veut que celui qui entreprend ait la liberté d’entreprendre. On veut que ceux qui travaillent ne soient pas asphyxiés par le poids des impôts, des taxes et des normes. Aujourd’hui, ils se voient confisquer chaque jour la moitié de la richesse qu’ils créent, parce que les dépenses publiques continuent d’augmenter. La droite doit commencer par redonner de l’oxygène à ceux qui font la richesse de notre pays et qui prennent des risques. La République a été construire par des ingénieurs, par des ouvriers, par des agriculteurs, par des employés, par des innovateurs. Et la République ne leur rend pas ce qui leur est dû. Les PME familiales sont assommées de contrôles et de règles. Ce n’est pas la France que nous voulons. Notre mission est de libérer et valoriser le travail.

Autorité

L’autorité est un des murs porteurs de la République. Elle est aujourd’hui bafouée. Face à une immigration incontrôlée, face à la flambée de la délinquance, face à la menace terroriste, c’est l’heure des décisions. Ils délivrent toujours plus de titres de séjour ; nous proposons de sortir de l’immigration de masse. Ils veulent moins de peines de prison ; nous voulons plus de places de prison. Ils adaptent la lutte antiterroriste à l’Etat de droit ; nous proposons d’adapter notre droit à la lutte antiterroriste. La droite doit redécouvrir l’autorité qui permet aux professeurs de sanctionner les élèves qui se tiennent mal, qui fait en sorte que la police et la justice punissent les délinquants, qui s’assure que le gouvernement commande à l’administration. Nous sommes la famille de l'autorité et du respect. Sa devise doit être cette magnifique phrase de Charles Péguy : « L’ordre, et l’ordre seul, fait en définitive la liberté, le désordre fait la servitude. »

Nation

Une nation n’est pas une addition d’individus ou de groupes. C’est quelque chose de plus, au-delà de nos vies individuelles. C’est un effort, un effort de tous les instants, et surtout, c’est un devoir. Nous avons tous notre rôle à jouer pour maintenir la France. L’attachement à la nation n’est pas une pathologie, c’est un désir d’appartenance. C’est ce qui fait qu’un étranger, dont les ancêtres n’ont rien à voir avec notre pays, puisse se sentir descendant de toutes les grandes figures de notre histoire. Quand quelqu’un devient Français de désir, Français de cœur, quand il fait le choix entier et délibéré de rejoindre la citoyenneté française, il devient l’héritier de Clovis et de Condorcet, de Molière et de Saint-Exupéry, de Diderot et de Jean Moulin. C’est une chance extraordinaire d’être capables, en tant que pays, de transmettre tout notre bagage spirituel à ceux qui le veulent vraiment. Il n’y a pas beaucoup de nations à avoir été capables de cette générosité et de cette exigence à la fois. Face au mirage multiculturaliste, face à la menace de partition communautariste, notre tâche est de retrouver la France, le modèle français d’assimilation.

Transmission

La France, c’est une histoire, un mode de vie, des héros, des paysages, des souvenirs, des écrivains. Nous avons une mission commune, c’est de protéger ce trésor. Mais nous ne devons pas seulement le protéger. Nous devons le transmettre à nos enfants ; et en leur passant le témoin, nous devons aussi leur transmettre l’envie et la passion de ce patrimoine, de ces racines dont ils seront les héritiers. Défendre son identité, être attaché à son pays, aimer sa culture, croire à la nécessité des frontières, ce ne sont pas des « passions tristes », c’est notre fierté. Ce n’est pas le repli sur soi, c’est la condition pour fonder l’avenir. La transmission de notre patrimoine, c’est l’écologie de l’enracinement. Enseigner la fierté du patrimoine, c’est tout à la fois enseigner la fierté de l’histoire de France et apprendre à nos enfants à respecter l’environnement.

« La France n’est jamais une page finie de l’histoire. Notre responsabilité est immense : faire en sorte qu’il reste quelque chose de la civilisation, de notre art de vivre, de l’héritage français pour que la France puisse encore susciter du désir. » - Laurent Wauquiez

Soyez le premier à commenter

Merci de bien vouloir cliquer sur le lien reçu par mail afin de d'activer votre compte.